Glossaire du Tantra

Tantra :  Tan : issu de Tanoti et signifie : expansion, étirer.  Tra : issu de Trayati et signifie : libération  = expansion de conscience. Son sens étymologique en sanskrit exprime la notion de « trame » mais de quelle trame donc parlons-nous ?  serait-ce celle du vaste filet des apparences qui, dans le monde sensible, manifestent les facettes multiples de l’Illusion (Mâyâ) de cette réalité trompeuse et fugitive…

Mantras : Technique de concentration par les sons répétitifs, vibrations sonores ayant un sens et des propriétés ésotériques, raisonnant dans le centre cérébral .. « Om » pour le plus connu, le plus puissant, il est la source de tous les mantras.  Composé de  3 sons : A .. U .. Mm représentant les 3 Gunas ou qualités du monde matériel : TOUT ce qui existe dans le monde matériel manifeste forcément l’une des 3 qualités : Création .. développement / préservation .. dissolution.

Les noms des gunas sont : Sativa : l’amour, l’équilibre, la pureté / Rajas : l’énergie, la passion, la force, le désir / Tamas : l’inertie, la lourdeur, l’ignorance.

Asanas: Poses, étirements, postures et contre-mouvements, ayant pour but de transcender la condition humaine, d’unir votre corps avec votre esprit.

Yoga : Discipline de concentration, de maîtrise de soi et de contrôle du mental issue de l’Inde védique visant, par la méditation, l’ascèse morale et les exercices corporels, à réaliser l’unification de l’être humain dans ses aspects physique, psychique et spirituel. Union avec le Divin.

 Prayanama : Technique d’expansion de conscience par le contrôle et la régulation de la respiration. Elle purifie les centres nerveux et vivifie les centres subtils, dans l’objectif de stimuler la supra-conscience, et préparer une ascension de la Kundalini. Sa pratique consiste en plusieurs phases :  prendre conscience de sa respiration, ayant un posture physique adaptée (jambes croisées pour prévenir la dispersion pranique et constituer un circuit fermé de la circulation d’énergie. Optimiser la respiration et se concentrer sur le rythme : inspire / rétention / expire L’air est inspiré lentement par la narine gauche (conduit lunaire Ida) pendant que l’autre narine est fermée par pression du pouce, et exhalé selon un rythme spécifique . Puis répéter de la même façon avec la narine droite (conduit solaire Pingala) Après l’exercice, se détendre et s’allonger sur le dos. Le prayanama est également utilisé pour atteindre des états de méditation.

bandhas Bandhas / Kriyas :  Les bandhas sont des contractions du corps souvent associées à une respiration contrôlée afin de détendre 3 zones principales : La gorge, le diaphragme et le périnée.

Asvini-bandha c’est l’apprentissage du sphincter anal.

Muladhara est la racine de l’être humain, tant sur le plan physique que sur le plan énergétique, c’est la source de l’énergie vitale. Il s’agit d’une contraction du sphincter anal, contraction qui stimule le système parasympathique pelvien, ce plexus commande les fonctions d’excrétions, et également toute la vie génitale grâce aux nerfs qui irradient les organes génitaux externes et internes. Mula-bandha se différencie d’Asvini-bandha car il n’y a pas d’alternance entre dilatation et contraction du sphincter anal, mais d’une contraction plus forte et plus longue.

Uddyana-bandha : contraction de la sangle abdominale, à l’expire on rentre l’abdomen et on tire vers le haut (sensation jusque dans la gorge) active la plasticité du diaphragme et tous les organes internes, approfondit la respiration et soulage le coeur.

Jalandhara-bandha : Au centre de la gorge (vishuda) pencher la tête le menton vers l’avant jusqu’au sternum.

Nauli-Kriya : pratiqué debout ou en position du lotus. Expirer à fond, vider les poumons en relâchant complétement la sangle abdominale, (retenir aussi longtemps que possible sans s’essouffler) et laisser le ventre revenir à sa position originale, puis inspirer…

Nadis : Méridiens, conduits ou canaux subtils du corps humain.

Prana : Souffle vital, énergie de vie contenue dans la nature : l’air, l’eau, la nourriture…

Mudras : Postures et gestes des doigts répétitifs. Signes et archétypiques basés sur des modèles et symboles divins en vue d’intensifier la concentration.

Sadhana : Discipline spirituelle, pratique du tantra et rituels définissant un lien connectant la psyché individuelle à l’essence universelle. Le tantra propose un modèle afin de réaliser une expansion de conscience et la libération de l’individu avec un but primordial d’encourager le déploiement des énergies latentes en l’être humain pour accéder à l’expérience de la joie et de l’unité.

Yantras : Formes ou figures  géométriques tracées ou visualisées pour dompter le mental et maîtriser les forces cosmiques.

Dhyana : Techniques de concentration qui tendent à renforcer le pouvoir de la vision intuitive, en mettant tous nos sens à l’œuvre : l’ ouïe, le toucher, l’odorat, la vue, la respiration…

Buddha : Signifie l’Éveillé. Siddhârta Gautama, fondateur du bouddhisme, vers 550 avant J.C.

Nyasas : Il s’agit de sensibiliser certaines partie du corps en plaçant les doigts ou la main (droite) sur certaines zone d’éveil sensoriel, en récitant un mantra de manière à ce qu’il se développe dans le corps. ex : coeur = aim hridayaya namah

Chakras : Le corps humain se déploie dans plusieurs espaces subtils qui structurent sa forme dans le monde matériel. Il est alimenté par un système de roues, d’antennes, ou de transformateurs. Chacun régit un domaine spécifique : psychique, émotionnel, mental, spirituel, etc.  Ils sont interdépendants.

Kundalini : C’est la forme microcosmique de l’énergie universelle ou plus simplement, la vaste réserve d’énergie psychique potentielle, qui existe à l’état latent dans chaque être. C’est la plus puissante manifestation de l’énergie créatrice dans le corps humain. La Kundalini est décrite comme un serpent lové, endormi, inactif, à la base de la colonne vertébrale (Muladhara chakra ou chakra racine)  bloquant l’entrée du passage qui mène à la conscience cosmique, au centre du cerveau. Dans la plupart des cas, elle peut rester endormie durant toute une vie, et l’individu peut demeurer ignorant de son existence. Aucune description concrète de la Kundalini en termes symboliques ou physiologiques n’est satisfaisante ; c’est une vibration subtile de haute puissance. Son efficacité ne peut être appréciée qu’à l’expérience, et d’après les effets que son ascension produit dans le corps humain.

Sushumna : Nadi ou canal central permettant, par une pratique de respiration spécifique, de véhiculer le prana depuis Ida et Pigala à la base de la colonne vertébrale, remontant en reliant tous les chakras et entrainant l’éveil de la Kundalini.

Dharma : Ordre universel cosmique.

Nirvâna : État transcendant qui constitue l’étape finale du développement spirituel.

Samsâra : Cycle interminable des naissances et des morts dont l’homme doit s’échapper par la « libération ».

Shiva : Dieu de la trinité hindoue (trimûrti) comprenant Brahmâ, Vishnou et Shiva.  Il est le dieu de la destruction et de la dissolution, il s’est formé à partir du dieu Rûdra présent dans les Védas. Il est aussi le centre immobile du mouvement, sa vie est toute une méditation, instance et permanente. Ici, il est le yogin par excellence. Il peut aussi être représenté en union avec son épouse Shakti, Parvâti, Kâlî ou Durgâ, alors il incarne l’absolu transcendantal. Chacune de ses divinités féminines (forces féminines) est considérée comme son épouse, surtout grâce à l’iconographie représentant ses unions sexuelles avec sa shakti.

Shakti : La Déesse Mère ou Divine Mère est vénérée sous différents noms : Ambâ, Durgâ, Kâlî, etc.  Personnification de l’énergie primitive, elle incarne l’aspect dynamique de Brahmâ, sa vitalité permettant de créer, de conserver ou de faire disparaître. Elle est aussi l’épouse de Shiva. Elle est l’énergie créatrice féminine dans son aspect cosmique. (Force, puissance, énergie.) C’est elle qui fait vivre Shiva, sans laquelle il n’est plus qu’un cadavre. Elle exprime aussi trois concepts : la Mère transcendante, la Mère cosmique et la Mère individuelle. Ce terme désigne aussi une femme et plus particulièrement une adepte du tantrisme.

Sâdhu : Renonçant à la vie du monde.

Yoni : Symbole de l’énergie féminine, la matrice, la vulve, la source, l’origine, lieu sacré ayant pour rôle d’apporter la vie…

Lingam : Pierre érigée d’apparence phallique. C’est le nom Sanskrit désignant l’organe sexuel masculin, habituellement affiché en érection et associé à Shiva et à Shakti. Souvent on vénère Shiva sous cette forme symbolique. Il est le complément du yoni et ensemble, ils symbolisent l’univers et la nature fondamentale ou les énergies mâle et femelle de Shiva dont sa fonction est de créer ou de détruire.  Vajra : C´est un autre nom Sanskrit désignant le sexe masculin, le pénis.

Namasté : (Nama = s’incliner / as = je / té = toi)  Symbolise la croyance qu’il existe une lumière divine en chacun de nous, située dans le chakra du cœur. Un signe de reconnaissance d’une âme envers une autre âme. « je m’incline devant toi .. j’accueille le divin en toi »